«France 2019» : Des faits et des chiffres

Alors qu’il ne reste plus que deux matches à disputer, la huitième édition de la Coupe du Monde Féminine constitue plus que jamais un tournant dans l’histoire du football féminin. La FIFA a dressé ci-dessous une sélection des principaux faits et chiffres de «France 2019», qui connaît un succès retentissant dans le monde entier.

Le Mondial 2019 a eu la cote jusqu’au bout.

Sur les écrans

La Coupe du Monde Féminine 2019 a battu tous les records d’audience à travers la planète, atteignant d’ores et déjà une audience totale de 850 millions de téléspectateurs dans les marchés participants. La FIFA est en mesure de confirmer que la barre du milliard de téléspectateurs sera franchie sur l’ensemble des plateformes et que l’audience internationale moyenne des matches en direct devrait doubler par rapport à Canada 2015.

Quelques chiffres clés de l’audience à l’international :

o Audience télévisuelle mondiale la plus forte de tous les temps pour la couverture en direct d’un match de la compétition : France – Brésil, en huitièmes de finale, avec 58,761 millions de téléspectateurs sur 21 territoires. Le précédent record avait été établi lors de la finale de l’édition 2015 entre les États-Unis et le Japon, qui avait réuni 52,562 millions de téléspectateurs à travers tous les territoires diffusant l’événement.

o 62 détenteurs de droits médias présents en France, contre seulement 37 au Canada il y a quatre ans. Au total, 126 détenteurs de droits médias ont retransmis la Coupe du Monde Féminine sur 206 territoires.

De nombreux records d’audience ont été battus dans plusieurs pays, tandis que des chiffres élevés ont également été enregistrés pour les « matches neutres » (matches auxquels ne participent pas l’équipe nationale du pays de résidence des téléspectateurs) :

Brésil
o 35,245 millions de téléspectateurs pour France –Brésil, soit la meilleure audience jamais enregistrée pour la Coupe du Monde Féminine sur un territoire unique (précédent record :
25,4 millions de téléspectateurs aux États-Unis pour la finale 2015, États-Unis – Japon)

RP Chine
o 5,7 millions de téléspectateurs pour un « match neutre », le quart de finale entre l’Italie et les Pays-Bas
Plus de 6 millions d’utilisateurs uniques pour la diffusion en streaming de Brésil – Jamaïque sur cctv.com

France
o 11,8 millions de téléspectateurs (56% de part de marché) pour France – États-Unis (quarts de finale), un record pour un match de football féminin (précédent record avant France 2019 : 4,12 millions)

o 6,277 millions de téléspectateurs (31,1% de part de marché) pour un « match neutre », la demi-finale entre l’Angleterre et les États-Unis

Italie
o 7,303 millions de téléspectateurs pour Italie – Brésil (phase de groupes), un record pour un match de football féminin (précédent record avant France 2019 : 468 000, soit une multiplication par 15)

Pays-Bas
o 5,015 millions de téléspectateurs (78,5% de part de marché) pour Pays-Bas – Suède (demi-finales), un record pour un match de football féminin (précédent record avant France 2019 : 4,1 millions)

o Plus haute part de marché : plus de 80% des personnes regardant la télévision à ce moment-là étaient branchées sur le quart de finale Pays-Bas – Italie

Royaume-Uni
o 8,819 millions de téléspectateurs pour Angleterre – États-Unis (demi-finales), un record pour un match de football féminin (précédent record avant France 2019 : 2,797 millions)

o 3,804 millions de téléspectateurs pour un « match neutre », le quart de finale entre la France et les États-Unis

États-Unis
o 8,042 millions de téléspectateurs pour Angleterre – États-Unis (demi-finales), soit une hausse de 100% de l’audience par rapport à la demi-finale États-Unis – France en 2011 (dernière Coupe du Monde Féminine disputée dans le même fuseau horaire que France 2019)

o Audience moyenne de 361 000 personnes sur les plateformes numériques de FOX pour Angleterre – États-Unis, permettant d’améliorer l’audience télévisuelle de la chaîne de 5,1% France 2019 a également été très suivie sur les propres plateformes numériques de la FIFA :

2,2 millions de suiveurs sur les comptes spécifiques de la Coupe du Monde Féminine sur les médias sociaux, ce qui représente une hausse de 22% depuis le coup d’envoi de la compétition.

o 1,1 million de nouveaux suiveurs sur les canaux de la FIFA depuis le début de l’épreuve 1,1 milliard de vues sur les canaux numériques officiels de la Coupe du Monde Féminine jusqu’à présent, dont 171 millions pour des vidéos.

o 64% du contenu de la FIFA consulté depuis le 7 juin concerne France 2019

1 L’application mobile officielle de la Coupe du Monde Féminine s’est retrouvée en tête des téléchargements dans 33 pays au cours du mois écoulé.

Sur le terrain

L’Américaine Megan Rapinoe, soulier d’or et meilleure joueuse de la compétition.

25% de tous les buts jusqu’à présent ont été inscrits dans le dernier quart d’heure des matches. Sur un total de 141 buts, 35 sont ainsi survenus à partir de la 76e minute, sans compter ceux marqués pendant la prolongation lors de la phase à élimination directe.

33% des buts découlent d’une phase arrêtée. Pendant la phase à élimination directe, cette proportion est même passée à 43%.

12,5% des buts ont été inscrits depuis l’extérieur de la surface de réparation. Au total, chaque équipe a tenté en moyenne 9,7 frappes – dont 3,2 cadrées – pour chaque but marqué. Les États-Unis ont marqué 24 fois pour 115 tirs (moyenne d’un but tous les 4,8 tirs), tandis que les Pays-Bas ont trouvé le chemin des filets à 11 reprises pour 86 tentatives (moyenne d’un but tous les 7,8 tirs).

3 finales consécutives pour les États-Unis. Les Américaines restent sur une série de 11 victoires consécutives en Coupe du Monde Féminine, série débutée après un match nul 0-0 contre la Suède lors de la phase de groupes de Canada 2015. Elles seront opposées aux Néerlandaises qui, après avoir été éliminées en huitièmes de finales il y a quatre ans pour leur première participation, ont remporté leurs six rencontres en France jusqu’à maintenant.

2 femmes seront à la tête des équipes finalistes ce dimanche : Jill Ellis pour les États-Unis et Sarina Wiegman pour les Pays-Bas. Ce cas de figure s’est déjà présenté pour une finale de la Coupe du Monde Féminine, puisque Tina Theune-Meyer et Marika Domanski-Lyfor étaient respectivement les sélectionneuses de l’Allemagne et de la Suède en 2003.

111,2 kilomètres par match est la distance moyenne parcourue par les joueuses américaines jusqu’à présent. L’équipe néerlandaise ne totalise à l’inverse que 109,3 km par match en moyenne. Selon les données compilées par le Groupe d’étude technique de la FIFA, le leader de cette catégorie statistique est le Canada avec 113,8 km par match.

59% de possession de balle pour les Canadiennes, qui sont également en tête dans cette catégorie. Les États-Unis et les Pays-Bas figurent tous deux dans le Top 5, avec respectivement 56% et 55% de possession.

77,9% de passes réussies en moyenne sur l’ensemble de la compétition. Les Oranjes effectuent en moyenne 422 passes par match, avec un taux de réussite de 82,6%, tandis que les US Girls totalisent 377,5 passes en moyenne pour un taux de réussite de 81,3%.

4 cartons rouges ont été brandis par les arbitres lors des 50 premiers matches, soit une moyenne de 0,08 par match.

1 simulation. Sur les 125 cartons jaunes distribués au cours des 50 matches déjà disputés, 112 résultent d’un tacle inconsidéré ou de l’annihilation d’une attaque prometteuse. Pour le reste, 3 ont été distribués pour cause d’empiètement de la gardienne sur un penalty, 2 pour l’annihilation d’une occasion de but manifeste, 4 pour comportement antisportif, 3 pour contestation et 1 seul pour simulation.

20,58 fautes par match. La rencontre avec le plus de fautes sifflées a été Australie – Italie (39), tandis que États-Unis – Thaïlande se retrouve à l’autre extrémité de ce classement (10). Un total de 25 penalties a été accordé, dont 12 après l’intervention de l’assistance vidéo à l’arbitrage.

31 analyses vidéo ont eu lieu jusqu’à présent, soit une tous les 1,61 matches en moyenne. Parmi ces 31 analyses, 23 ont été effectuées par l’arbitre au bord du terrain – 21 pour des penalties et 2 pour des situations de hors-jeu – et 8 concernent des décisions strictement factuelles : 5 hors-jeu et 3 empiètements de gardienne lors d’un penalty. Seules 4 analyses ont permis de confirmer la décision initiale, tandis que les 27 autres ont entraîné une rectification.

Hors du terrain

La finale Etats-Unis-Hollande (Lyon), un des matches les plus courrus.

1 053 096 personnes dans les tribunes jusqu’à maintenant
o Les spectateurs français représentent 75% de l’affluence totale, suivis des supporters américains (15%), anglais et néerlandais (3% chacun)

o Nombre total de billets alloués au 4 juillet : 1 163 000

74,57% de taux de remplissage des stades, avec 24 rencontres jouées à guichets fermées, dont toutes celles de la France. Ces chiffres sont particulièrement significatifs dans la mesure où France 2019 est la première édition de la Coupe du Monde Féminine – dans son format actuel à 24 équipes – disputée sans matches doubles.

o La ville hôte bénéficiant du taux de remplissage le plus élevé jusqu’à présent est Valenciennes (90,7%), devant Lyon (88%) et Grenoble (87,9%)

395 020 amateurs de football ont également afflué vers le deuxième point de rendez-vous privilégié pour se plonger dans l’ambiance de la Coupe du Monde Féminine : le site de la «FIFA Fan Experience» qui, dans chaque ville hôte, a proposé pour la première fois dans l’histoire de la compétition de nombreuses animations et autres activités ludiques et culturelles. À Paris, plus de 24 000 visiteurs se sont rendus à l’exposition temporaire « Le football au féminin » présentée par le Musée du Football mondial de la FIFA et Hyundai au Jardin Nelson Mandela des Halles, à Paris. Cet hommage au football féminin et à son histoire est accessible gratuitement tous les jours de 10h00 à 20h00 CET, et ce jusqu’au 7 juillet.

2 500 bénévoles ont donné de leur temps et de leur énergie afin d’aider au bon déroulement de la Coupe du Monde Féminine 2019. Ils sont originaires de 75 pays différents et sont âgés de 18 à 87 ans.

7 590 personnes dans et autour des villes hôtes ont jusqu’à présent participé au programme communautaire imaginé par le Comité Organisateur Local, que ce soit en assistant aux séances d’entraînement des équipes ou en prenant part à des activités sociales.

33 328 invités ont profité du programme d’hospitalité de France 2019. Cela représente une augmentation de 416% par rapport aux formules hospitalité vendues pour Canada 2015

Plus de 140 000 produits ont jusqu’à maintenant été vendus dans les 44 boutiques officielles présentes dans les neuf villes hôtes de la Coupe du Monde Féminine. Ces produits sont également disponibles sur la boutique en ligne de la FIFA. Au cours des 50 premiers matches, les spectateurs dans les stades ont également consommé plus d’un million de produits alimentaires (nourriture et
boissons).

3 120 enfants ont eu la chance d’entrer sur le terrain avec leurs idoles, de porter le drapeau des pays en lice ou de participer à d’autres activités du programme Jeunesse de la FIFA.

Source: www.fifa.com

Bertille Missi Bikoun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *