Déploiement : Placer la DTN au centre du football

Déploiement : Placer la DTN au centre du football

Passée la controverse autour de sa nomination, le patron technique du football local vient de présenter les principaux axes de son ambitieux programme de travail baptisé «la nouvelle vision».

Le 28 mars 2019, les membres du Comité d’urgence de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) ont pris la décision de titulariser Joseph Serge Noah au poste de Directeur technique national (DTN) en lieu et place de Jean Manga Onguéné, précédemment à la tête du quatuor constitué par ailleurs de Jean-Paul Akono, Robert Atah, tous deux démis également de leur fonction, et Etienne Sonkeng, toujours en poste. L’objectif avoué de ce «réaménagement» étant que cet ancien joueur, éducateur, entraîneur et formateur de 45 ans sorte la DTN de la léthargie qui l’habite depuis sa mise sur pied en 2011.

Sous d’autres cieux, le DTN est le patron de la discipline car chargé d’organiser et conduire la politique technique fédérale au niveau de la formation des cadres et de la promotion du football au niveau national. Au Cameroun, il est attendu de Serge Noah qu’il donne une visibilité et une lisibilité à la politique technique nationale du football dont il est aujourd’hui difficile de cerner les véritables contours ; tant ses précédents responsables, pour la plupart des figures emblématiques du football camerounais, ont brillé par une étrange torpeur.

Mais le manque de soutien dû à pareille structure et l’absence d’accompagnement de ses missions ont contribué à la faire sombrer davantage. La présence, à sa tête, de grands noms du football camerounais n’aura rien changé. Au fil des années, la Direction technique nationale de football, chargée de définir et de mettre en œuvre les programmes de développement technique, et, par conséquent, de préparer le football de demain, est devenue le mouroir du sport roi au Cameroun.

Laboratoire d’expérimentation
Or, comme l’écrit fort à propos Jules Denis Onana (JDO) dans une de ses chroniques parues dans ce même espace : «une structure comme la DTN est sans doute le laboratoire où se définissent les stratégies de jeu, où se développent les théories de préparation de la formation, les ingrédients de la performance du football camerounais». Le mondialiste 90 reconverti dans la formation possède la particularité d’avoir, le premier, fait confiance à Serge Joseph Noah, du temps où JDO était directeur général du Canon Sportif du Yaoundé. L’ancien défenseur central avait donné à son cadet «l’opportunité de montrer ses capacités d’architecte du football [au sein des Mekok me Ngonda], en vue d’une intégration future à la DTN». Nommé entraîneur la saison 2015-2016, l’aventure de l’ancien capitaine des Vert et Rouge de Nkol-Ndongo, club avec lequel il remporte la Coupe du Cameroun en 1993 et 1995, tournera cependant court.

Serge Noah est également passé par l’Atlético Madrid, le FC Séville et le FC Sion en tant que joueur et a officié comme éducateur chez les U18 de l’US Créteil (2000-2004). Il est précédé d’une virginité en ce qui concerne la gestion du football local. Certainement d’ailleurs l’une des raisons qui a nourri la polémique née à la suite de sa nomination. Tant d’aucuns ne lui trouvaient pas la carrure de succéder à des figures emblématiques tels que ses prédécesseurs ; tandis que d’autres le jugeaient vert pour ce poste qui présuppose d’un vécu comme joueur, éducateur, entraîneur et/ou formateur. Des atouts dont ne saurait se targuer Serges Noah, footballeur moyen et formateur au sein d’un club de seconde zone. Mais loin d’avoir été refroidis par la sobriété de son curriculum vitae qui tient à peine sur une demi-page de format A4, ceux qui lui ont fait confiance affirment avoir été séduits par son «expérience et sa capacité à relever les défis». C’est du moins ce qui a été révélé au moment de de l’installation du nouveau DTN.

Un avis que ne partage pas entièrement Jules Denis Onana. Pour l’ancien mondialiste, il aurait mieux valu que l’on laisse encore Serge Noah faire ses classes au sein de la DTN avant de lui en confier la pleine charge. Il n’en demeure pas moins que JDO lui trouve de l’étoffe pour s’en sortir dans sa nouvelle mission. A condition, toutefois, de travailler dans l’optique de faire de «la DTN […] un laboratoire d’expérimentation, un banc d’essai, un instrument de développement et d’affinement de la stratégie. En fait, une pyramide qui ratisse large pour définir en son sommet la quintessence du football camerounais. Tout doit, en effet, concourir à l’épanouissement de toutes les sélections nationales», recommande Jules Denis Onana.

Cahier de charges
En somme, il est question pour Serge Joseph Noah de «redonner une identité au football camerounais» tel que prescrit par son employeur qui souhaite «replacer la Direction Technique Nationale au centre de notre football». La cérémonie de son installation, le 1er avril 2019, avait drainé un nombre impressionnant de figures du football national au siège de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). A l’occasion, le président de la Fécafoot avait précisé au DTN ce qui est attendu de lui : «l’élaboration, la mise en œuvre et l’adaptation permanente de la politique technique nationale du football dans le but d’optimiser la compétitivité et la performance du football camerounaise de la base jusqu’à l’élite à travers la détection des jeunes footballeurs».

Le cahier de charges du nouveau DTN indique comme autres missions : «la préformation et la formation des joueurs de football, la formation des éducateurs et des entraîneurs de football à tous les niveaux, le développement de toutes les formes de pratique du football, le perfectionnement de l’élite, la supervision des sélections nationales à l’exception de la sélection nationale de football fanion, la gestion du centre technique national, des centres techniques régionaux et des centres techniques départementaux, le suivi du football en milieu scolaire, le suivi du football dans les quartiers, la recherche en matière de football l’évaluation de l’évolution du football», avait poursuivi Seidou Mbombo Njoya en direction de Serge Noah, loin de mesurer l’ampleur de la tâche qui l’attendait à ce moment-là.

Bertille Missi Bikoun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *