Coupe du monde Féminine 2023 : L’inégale répartition de la FIFA

Coupe du monde Féminine 2023 : L’inégale répartition de la FIFA
Comme l'attaquante nigériane Asisat Oshoala, l'Afrique veut davantage de places directes.

Alors que la CAF ne bénéficie que de quatre, l’UEFA possède à elle seule près de la moitié des places qualificatives directes.

C’est un secret de polichinelle : la Fédération internationale de football association (FIFA) a décidé d’appliquer un nouveau format et a revu le mode de qualifications, ainsi que celui des barrages pour la neuvième édition de la phase finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA. La compétition aura lieu du 20 juillet au 20 août 2023 et sera co-organisée par l’Australie et la Nouvelle-Zélande.  Celle-ci, faut-il le rappeler, se disputera désormais avec 32 équipes participantes contre 24 en 2019. Soit huit sélections supplémentaires. Il était donc très attendu la nouvelle grille de répartition des places directes et des précisions en ce qui concerne les barrages.  C’est désormais chose faite.

La FIFA a rendu publique la répartition des places pour les compétitions féminines de la FIFA en 2022 et 2023. Dans sa circulaire du 6 mai dernier, la Secrétaire générale, Fatma Samoura, informe les associations membres que lors de sa séance du 19 mars 2021, le bureau du Conseil de la FIFA a approuvé la répartition des places (par confédération) pour les compétitions féminines. En ce qui concerne la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Australie & Nouvelle-Zélande 2023, «29 des 32 places directes seront déterminées par les compétitions préliminaires respectives de chaque confédération. Les trois places restantes seront attribuées à l’issue d’un tournoi de barrage à dix équipes», écrit la SG.

La circulaire sus-évoquée de la SG de la FIFA vient compléter la communication faites quelques jours plutôt sur le sujet en ce qui concerne les dates et les lieux des compétitions de football féminin à venir de la FIFA. A savoir que le nouveau tournoi des barrages de la compétition est prévu du 17 au 23 février 2023. Ces dates ont été validées par le Conseil de la FIFA, réuni par visioconférence à la veille du 71e Congrès de la FIFA.

En ce qui concerne les qualifications directes, l’UEFA se taille la part du lion avec  11 places et demi contre huit par le passé. La Confédération Africaine de football (CAF) n’en a que quatre, soit une de plus par rapport à la précédente formule. La Confédération asiatique de football (AFC) bénéficie par contre de six places directes, contre 5 par le passé. Un écart tout de même significatif et sujet à moult questions, surtout en ce moment où l’instance faîtière du football mondial est engagée dans un politique tout azimut de développement du football féminin à travers le monde.

L’inégale répartition est également observée au niveau des barrages où… l’UEFA place encore une équipe. Le tournoi des barrages, comme indiqué par Fatma Samoura dans sa circulaire, mettra aux prises 10 sélections. Toutefois, seules trois seront qualifiées pour la phase finale de la Coupe du monde Australie/Nouvelle-Zélande 2023. Le Conseil de la FIFA précise que «les places de l’Australie et la Nouvelle-Zélande, pays coorganisateurs, sont incluses dans le quota des confédérations concernées».

Grace ZEN

 Répartition des places directesRépartition des barrages
AFC6 places*2 places
CAF4 places2 places
Concacaf4 places2 places
CONMEBOL3 places2 places
OFC1 place*1 place
UEFA11 places1 place
Total29 places10 places
*les places de l’Australie et la Nouvelle-Zélande, pays coorganisateurs, sont incluses dans le quota de leurs confédérations respectives.

Source : fifa.com

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *