Sanctions disciplinaires : La FIFA a la main lourde envers le Sénégal

Sanctions disciplinaires : La FIFA a la main lourde envers le Sénégal
Stade MeAbdoulaye Wade. Mardi, 29 mars 2022. L'attaquant égyptien Mohamed Salah visé par les lasers des supporters sénégalais.

L’instance faîtière du football mondial sanctionne le Sénégal de près de 200 000 euros d’amende et un match à huis clos pour les incidents survenus lors du match de barrage face à l’Egypte.

Des 34 pays passés au crible des membres du jury disciplinaire de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), le Sénégal paye le prix le fort. La Commission de Discipline de la FIFA fait plusieurs reproches à la Fédération Sénégalaise de Football (FSF) : «invasion du terrain, usage de lasers, allumage des fumigènes, affichage de banderoles insultantes, non-respect des mesures de sécurité, projectiles…». Des griefs relevés lors du match Sénégal-Egypte du 29 mars dernier au stade flambant neuf Me Abdoulaye Wade de Dakar (3-0). Lequel comptait pour les barrages retour de la Coupe du monde «Qatar 2022», zone Afrique,

Au sortir de cette rencontre qualifiant le néo champion d’Afrique en titre pour la phase finale du prochain mondial, la Fédération Egyptienne de Football avait aussitôt porté des réclamations. Entre autres plaintes formulées, le mauvais traitement infligé à Mohamed Salah, l’attaquant vedette des Pharaons, hué à son entrée au stade de Diamniadio, les sifflets des spectateurs sénégalais à l’endroit des joueurs de l’équipe visiteuse ou encore l’usage des lasers sur les joueurs égyptiens.

Il y a quelques jours, le président de l’Egyptian Football Association (EFA)  déclarait sur Bein Sports : «Nous n’avons pas demandé que le match contre le Sénégal soit rejoué. Nous avons demandé une qualification directe pour la Coupe du monde en raison de l’atmosphère hostile dans laquelle le match s’est joué». Gamal Allam apportait là des précisions sur la plainte déposée par l’Egypte.

Appel

Les réclamations de l’EFA ne sont pas tombées dans des oreilles de sourds, puisque la Commission de Discipline de la FIFA a eu la main lourde envers le Sénégal, sanctionné d’une amende de 112 millions (près de 200 000 euros) et un match à huis clos. Il est à préciser que celui-ci concernera le prochain match officiel du Sénégal à domicile et en compétition FIFA. Ce qui veut dire que les matchs amicaux et les matchs de qualifications de la CAN 2023 ne sont pas concernés.

La FSF n’entend cependant pas en rester là. Selon des indiscrétions glanées à bonne sources, elle compte saisir la Commission de recours de la FIFA, non pas pour contester les sanctions sus-évoquées, mais plutôt solliciter un allègement de la sanction financière. L’association que dirige Me Augustin Emmanuel Senghor, premier vice-président de la Confédération Africaine de Football (CAF), entend, par ailleurs, plaider pour une annulation du match à huis clos dans la mesure où c’est la première fois que de tels incidents surviennent (ce n’est pas une récidive) ; mais aussi parce qu’il y a, quelque part, l’excuse de la provocation au match aller.

Le Sénégal a trois jours pour faire appel de la décision de la Commission de Discipline et six jours pour constituer son dossier. En rappel, le Sénégal est le pays  (sur 34) le plus lourdement sanctionné par la Commission disciplinaire de la FIFA devant le Nigeria, la RD Congo, Salvador et le Chili.

Roman NDZANA

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *