Eliminatoires CAN 2023 : Entrée victorieuse des Lions

Eliminatoires CAN 2023 : Entrée victorieuse des Lions
Une attitude du président de la Fécafoot dans e vestiaire des Lions à l’issue de la rencontre Burundi-Cameroun (0-1).

Malgré les points engrangés, le président de la Fécafoot n’a pas hésité à décrier l’attitude des «sénateurs» qu’il a sermoner dans le vestiaire au terme du match ayant opposé le Burundi au Cameroun ce jeudi, 9 juin 2022 à Dar-Es-Salam (0-1).

Le ministre des Sports et de l’Education Physique (MINSEP) est heureux. Pour sa première sortie dans les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), la sélection fanion du Cameroun l’a emporté sur le score étriqué de 1 à 0 : «Nos encouragements aux Lions Indomptables, vainqueurs de la sélection nationale burundaise, ce jeudi 09 juin au Benjamin Mkapa Stadium de Dar-es-Salam en Tanzanie. Avec la victoire à ce match comptant pour les  éliminatoires de la CAN Côte d’Ivoire 2023, ils prennent la première place de la poule C, et se positionnent favorablement pour la qualification », écrit Narcisse Mouelle Kombi sur la page de son compte Facebook quelques minutes après le coup de sifflet final.

Le patron des sports camerounais de poursuivre : «Après votre brillante qualification pour le Qatar 2022 contre l’Algérie, chers Lions Indomptables, allez de mieux en mieux, et de victoire en victoire ! Armez-vous davantage de fighting spirit selon le vœu cher du Président de la République S.E. Paul Biya ! Vive le Cameroun qui gagne !» Le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) n’en pense pas moins. Samuel Eto’o a également adressé des encouragements aux poulains de Rigobert Song Bahanag, le manager-sélectionneur de l’équipe fanion de football masculin : «Bravo les Lions pour le coup d’envoi des qualifications de l’AFCON 2023 avec une victoire contre le Burundi – Continuons sur notre lancée», écrit-il sur son compte Twitter.

Exempts de la première journée desdits éliminatoires après la suspension du Kenya par la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), c’est ce  jeudi que les Lions Indomptables effectuaient leur entrée en compétition.  A l’occasion, Rigobert Song Bahanag, le manager sélectionneur du Cameroun, n’a apporté aucune innovation tant à son effectif qu’au jeu des médaillés de bronze de la dernière CAN. L’on a cependant noté la titularisation du milieu relayeur Franck Zambo Anguissa et du milieu offensif Ngamaleu Moumi. Les deux joueurs n’avaient pas pris part à la double confrontation des barrages du mois de mars dernier qui s’était soldée par la qualification du Cameroun pour la prochaine phase finale de la Coupe du monde au détriment de l‘Algérie.

Coup de gueule

Les Lions Indomptables se sont imposés ce jeudi, 09 juin 2022 devant les Hirondelles du Burundi grâce à un coup franc magistral de Karl Toko Ekambi au stade Benjamin Mkapa de Dar-Es-Salaam en Tanzanie (0-1). Au-delà du résultat, la rencontre est de celle qu’il faille rapidement oublier. Tellement elle était insipide. Rien à se mettre sous la dent. Les joueurs camerounais, pour la plupart amorphes, ont fait montre de peu d’entrain. Ils se sont contentés de faire l’essentiel : assurer une victoire qui n’était cependant pas acquise même si, en face, le Burundi jouait crispé et tenait davantage à limiter la casse plutôt qu’à surprendre son adversaire. Le comportement de «certains cadres», sur le terrain, a donné à voir des joueurs pas du tout envieux, en manque d’inspiration car peu ou pas motivés.

Une attitude qui a intrigué plus d’un spectateur et téléspectateur. Y compris le président de la Fécafoot présent à Dar-Es-Salam. Samuel Eto’o n’a pas manqué de le faire savoir aux joueurs. C’est un président en colère, qui est allé aux vestiaires au terme de la rencontre, remonter les bretelles aux footballeurs. Le ton était certes martial, mais il était sans complaisance, vigoureux et rigoureux. Et il avait l’avantage de fixer le cap : une demi-finale à la prochaine Coupe du Monde. Cela se résume, pour Samuel Eto’o, à une question d’ambition et de motivation. Mais aussi à un visage «humain» du vestiaire, gage de performance. Et d’inviter les Lions à sortir de leur zone de confort pour se mettre véritablement au boulot. Ce d’autant plus que pour le mondial, les places s’obtiendront par le mérite.

Le président de la Fécafoot est ferme : «Vous représentez l’équipe nationale du Cameroun, je m’en fous de qui est en face de vous, vous devez faire le job. (…) J’ai pris cette présidence pour changer les choses». Et d’ajouter, d’un ton rigoureux : «les places [pour la Coupe du monde «Qatar 2022», NDLR] seront chères. Personne n’a sa place assurée dans cette équipe. Vous devez faire votre job. Celui qui veut venir porter le maillot du Cameroun, il fait son job quand il est dans cette équipe. Sinon, il ne vient pas et je serai content», a dit Samuel Eto’o Fils. De quoi faire bouger les sénateurs et réveiller les somnambules.

Bertille MISSI BIKOUN

Bertille Missi Bikoun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *