OFFICIEL : La CAF décale la CAN 2023

OFFICIEL : La CAF décale la CAN 2023

La Côte d’Ivoire accueillera la compétition de janvier à février 2024 plutôt qu’en juin-juillet 2023.

C’est une demi-surprise. La prochaine Coupe d’Afrique des nations (CAN) aura lieu en janvier/février 2024, a annoncé la Confédération africaine de football (CAF) au sortir de la réunion de son Comité exécutif tenue ce dimanche matin, 3 juillet 2022 à Rabat (Maroc). Le président de la CAF, Patrice Motsepe, a mis en avant la raison climatique, notamment la forte pluviométrie en cette période de juin-juillet, comme justificatif du décalage de ola compétition pour le début d’année 2024.

Le président de la CAF officialise donc ce qui se murmurait depuis plusieurs mois. Même si, à l’époque, la proximité des dates de la Coupe du Monde «Qatar 2022» avec celles de la CAN à venir sous-tendait le postulat de l’inévitable report de l’organisation de la grand’messe du football africain. Les fortes pluies ayant arrosé la Côte d’Ivoire ces dernières semaines et les inondations observées ca et là ont ramené, avec insistance, le sujet sur la table des discussions.

Le patron du football africain a, en revanche, assuré que les préparatifs ivoiriens pour cette compétition ne sont pas en cause. «Je dois vous dire que je suis tellement fier du bon travail réalisé par la Côte d’Ivoire, avec d’excellents progrès», a déclaré le Sud-Africain à l’issue de la rencontre de l’instance managériale de la CAF organisée en marge de la CAN féminine «Maroc 2022» débutée ce samedi, 2 juillet 2022. Ces propos sonnent comme une ritournelle familière à l’homme d’affaires en pareille circonstance. «Le principal problème ici, c’est fondamentalement la pluie, le climat. C’est la seule et unique raison pour laquelle le Comité exécutif de la CAF a décidé de déplacer la CAN en Côte d’Ivoire en janvier/février 2024» plutôt que du 23 juin au 23 juillet 2023 comme indiqué sur le calendrier international.

Pluviométrie

Patrice Motsepe ajoute : «Je pense que cette compétition sera spéciale.» Le président de la CAF balaie ainsi d’un revers de la main l’argumentaire développée par plus d’un ; à savoir que les problèmes climatiques mis en avant par les membres du Comité exécutif de la CAF pour justifier ce report de la CAN 2023 n’est qu’un «cache-sexe». Pour ces derniers, parmi lesquels nombre de journalistes ivoiriens, «la Côte d’ivoire n’est pas prête». Soit !

Le report de la CAN 2023 n’est pas sans rappeler la précédente édition. On se souvient qu’après un «glissement de dates (2019 à 2021)», la CAF avait accédé à la demande des autorités camerounaises de voir la CAN «Cameroun 2021» décalée de juin 2021 à janvier 2022. La raison invoquée était déjà liée au climat, précisément les risques de forte pluviométrie qu’enregistre le pays à la période initiale indiquée de la CAN (juin-juillet) 2021. Ce qui aurait eu pour corollaires de gâcher le spectacle, perturber la programmation voir même bousculer le calendrier. Le même argumentaire revient aujourd’hui avec l’organisation de la CAN ivoirienne. Et il n’est pas impossible que le même problème se pose pour la CAN 2025, prévue en juin/juillet en Guinée. «Toutes ces problématiques ont été et sont suivies de près par le Comité exécutif. Nous ferons une annonce appropriée en temps voulu… », a déclaré le président de la CAF, peu sûr.

Ainsi donc, comme celle de 2021 au Cameroun, la CAN ivoirienne aura lieu en début d’année civile. A coup sûr, ce décalage de six mois devrait permettre à la Côte d’Ivoire de combler les retards éventuels constatés dans la livraison des infrastructures. A date, sur six stades prévus, Yamoussoukro est le seul qui a été autorisé à accueillir les rencontres internationales alors que pas livré.  La décision de la CAF avait été prise après moult tractations pour que la Côte d’Ivoire, à un an de la CAN initialement prévue en juin 2023, ne se retrouve plus à continuer à recevoir ses matchs à domicile au Bénin voisin.

Bertille MISSI BIKOUN

Bertille Missi Bikoun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *