CAN Féminine «Maroc 2022» : Afrique du Sud-Maroc en finale

CAN Féminine «Maroc 2022» : Afrique du Sud-Maroc en finale
Casablanca. Lundi, 18 juillet 2022. La Nigériane Rasheedat Busayo Ajibade (15) aux prises avec la Marocaine Salma Amani (rouge) en demi-finale de la CAN 2022.

Les deux pays se sont qualifiés ce lundi, 18 juillet 2022 au terme de deux demi-finales serrées disputées à Casablanca et à Rabat.

Les Banyana Banyana ont dû attendre l’ultime minute de jeu pour décrocher leur ticket qualificatif à la finale de la 14ème édition de la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football féminin «Maroc 2022». L’arbitre centrale, de nationalité éthiopienne, a sanctionné d’un pénalty, la faute de la joueuse Martha Tembo de Zambie  sur Jermaine Seoposenwe d’Afrique du Sud en demi-finale disputée ce lundi, 18 juillet 2022 au Complexe sportif Mohammed V de Casablanca.

Une faute anodine survenue dans la surface de réparation et sanctionnée parLydia Tafesse Abebe. La milieu de terrain sud-africaineLindaMotlhalo n’a pas tremblé. La pensionnaire du Djugardens de Stockholm (Suède) a battu la gardienne des Cooper Queens qui s’est révélée pour aller chercher le cuir au fond de ses filets (90+4). Une fin de match dans la douleur pour les Zambiennes qui avaient tenu tête à l’Afrique du Sud durant les 90 minutes de jeu règlementaire.

Dans l’autre demi-finale, les tenantes du titre ne sont pas parvenues à surmonter l’obstacle marocain. Les Super Falcons ont tenu à 9 (Halimatu Ibrahim Ayinde et Asheedat Busayo Ajibade ont été expulsées à la 48ème et 71ème minutes) contre 11 Lionnes de l’Atlas déterminées à aller de l’avant et, surtout, poussées par leur public ayant pris d’assaut les travées du stade de Rabat. Les organisateurs parlent d’ailleurs de 45 000 spectateurs présents pour ce match de la CAN féminine. Un record en Afrique.

Infériorité numérique

Au cours de cette rencontre fermée, le Maroc a fait montre d’un jeu plus fluide. Certes, un peu trop académique mais, on a bien senti que les joueuses de Renald Pedros ont appris les fondamentaux. Même lorsque les Nigérianes étaient à 11, le Maroc a été très crédible dans son jeu. Il manque cependant aux Lionnes de l’Atlas la puissance physique pour devenir un ténor africain au même titre que l’Afrique du Sud ou le Cameroun. Mais ces bouts de femme qui constituent la sélection nationale du Maroc ont démontré qu’elles sont techniquement au-dessus de nombre d’équipes de cette CAN.

Quant au Nigeria, c’est la puissance et la rigueur. La technique n’était pas au rendez-vous lors de cette CAN. Mais les Super Falcons auraient pu gagner une nouvelle fois sans que cela n’aurait pas été un scandale. Mais ce n’est pas passé  cette fois. Le Nigéria a été stoppé dans ses ambitions par des audacieuses marocaines. Malgré la forte pression imposée aux nigérianes en infériorité numérique, les Lionnes de l’Atlas n’ont pas été en mesure de faire valser le cuir dans les filets de la gardienne de but nigériane Oluehi Tochukwu.

Nigérianes et Marocaines n’étant pas parvenues à se départager dans le temps ordinaire, puis lors des prolongations (15 minutes x 2), le règlement de la compétition a prévu de procéder, in fine, à l’épreuve de tirs aux buts. Et à ce jeu, la chance a souri aux joueuses locales. Le Maroc a transformé 4 de ses cinq tirs contre deux seulement pour le Nigéria qui devra disputer le match de classement vendredi, 22 juillet prochain contre les Copper Queens au stade Mohammed V de Casablanca.  

La finale va quant à elle opposer l’Afrique du Sud au Maroc samedi, 23 juillet 2022 pour l’apothéose. L’on retrouvera cependant les quatre sélections l’année prochaine au Mondial 2023.  

Bertille MISSI BIKOUN

Bertille Missi Bikoun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *